CAROLINE BOË
Composer - Sound artist

Latest creations

anthropophony.org
FR / EN

Une Loupe pour Toucher, Installation. FRAC-SUD, LOCUS SONUS, PRISM, CNRS, AMU, APNÉES.

24 novembre 2023
0:00/00:00
Chargement en cours ...

Acte III du Projet Anthropophony, Une Loupe pour Toucher est une installation sonore dystopique, ludique et relationnelle. Le Projet Anthropophony  est la partie artistique de la thèse en "Pratique et Théorie de la création artistique" intitulée Ces Sons qui nous Envahissent.   

Le choix d’installer une fiction sonore dans l’espace d’un lieu d’exposition, un White Cube institutionnel comme le FRAC, laisse apparaître une certaine filiation avec les arts plastiques. Or, en revendiquant l’idée selon laquelle le sonore – qui a été en quelque sorte occulté par une société construite sur le visuel – doit être réhabilité et soigné, je place l’installation sonore dans une situation délicate car je prétends en même temps à une certaine légitimité : celle d’installer une création sonore dans un lieu d’art contemporain initialement conçu pour les arts visuels.

C’est la raison pour laquelle j’ai intitulé cette installation Une Loupe pour Toucher. L’expression provient du plasticien conceptuel Marcel Duchamp qui, dans ses Notes à propos de l’inframince, cherche une allégorie pour mettre en évidence la perception sonore du « velours à côtes qui en frottant contre le même velours donne inf mince auditif » (Duchamp et al., 1999, p. 24). Pour évoquer l’inframince auditif, Duchamp utilise du vocabulaire qui réfère à la vue avec le nom « loupe » et au toucher avec le verbe « toucher ». Une loupe est généralement utilisée pour mieux voir les détails et mettre l'accent sur des aspects infimes souvent négligés. Ainsi, j’interprète l’expression Une Loupe pour Toucher comme une sollicitation à développer une sensibilité particulière pour les perceptions les plus subtiles, inframinces. Dans mon esprit, ce titre invite le public à écouter et à explorer l’environnement sonore avec une attention minutieuse et curieuse portée aux détails, aux textures, aux nuances.

Tous les sons proposés dans cette installation sont issus de la sonothèque contributive Anthropophony.org (Acte I du projet Anthropophony) qui archive la pollution sonore des années 2020, de faible intensité et de fréquences constantes que nos oreilles filtrent inconsciemment.

Après la sonothèque de l'acte I qui archive et cartographie des déchets sonores, les balades sonores oreilles nues de l'acte II qui nous plongent dans le réel, l’installation sonore Une Loupe pour Toucher propose un univers fictionnel, conçu comme une dystopie ludique et relationnelle, un récitatif polyphonique dans lequel chacune et chacun prend ses responsabilités de pollueuse ou de pollueur sonore. À cette fin, j’ai imaginé un double dispositif sonore dans lequel deux types de sources sonores sont diffusées simultanément :

Schéma d’implantation des deux dispositifs, le « classique » et le « relationnel », © C.Boë

Le dispositif classique, constitué de huit haut-parleurs fixes a pour fonction d’encadrer un monde relationnel (Bourriaud, 1998) résultant des interactions entre les participantes et participants munis de leurs mini-enceintes. Il donne la tonalité d’un univers dystopique dans lequel chacune et chacun prendra part et donnera part (Zask, 2011).

Public dans l’installation Une Loupe Pour Toucher, FRAC-SUD Marseille, 2023, CC BY

Le dernier point important, dans l’installation que je propose, concerne ma présence accueillante du public. Il me semble en effet important, concernant le soin de l’écoute, d’avoir quelques petites conversations intimes avec les personnes qui viennent interagir dans l’installation.

À l’entrée, sont disposées sur une table des cartes imprimées à partir des contributions à la sonothèque afin que chaque personne puisse choisir une archive sonore à porter sur une mini enceinte pour jouer à la pollueuse ou au pollueur sonore. Le public peut ensuite emporter sa carte en souvenir, flasher le QRCode, contribuer à l'archivage des Sons qui nous Envahissent.

Table des propositions de sons de contributeur·ices à porter et Exemple de carte, recto et verso
2022, Grenoble, APNÉES, © C.Boë

J’accueille le public, assise derrière cette table. J’explique que l’installation a un objectif de sensibilisation aux Sons qui nous envahissent à notre insu et auxquels nous ne prêtons pas attention. Je propose à chacune et chacun de porter un son pour symboliser la pollution sonore que nous produisons toutes et tous à notre insu. Chacune et chacun peut choisir une carte qui lui parle, c’est-à-dire fait référence à son expérience passée de l’écoute. La conversation s’engage, les personnes me racontent facilement leurs expériences, leurs phobies sonores, les sons qu’elles aiment écouter. Je peux ainsi les conseiller dans leurs choix si elles le souhaitent. Souvent, elles choisissent seules, à partir des titres ou des photographies imprimés sur les cartes. Une fois qu’elles ont choisi, je leur prête une min-enceinte MIFA dans laquelle j’insère la carte SD correspondante. J’allume l’enceinte et j’insiste sur la nécessité de bien régler le volume sonore en fonction de sa propre sensibilité auditive. Cet accompagnement, un peu maternel relevant du soin, du care, de l’attention portée à autrui, est très importante pour moi car l’écoute de l’autre me semble être à la fois une condition préalable au soin de l’écoute et un résultat de ce soin de l’écoute. En prenant soin du public, je cherche à lui permettre de s’engager sereinement pour jouer au Pollueur sonore. Les participantes et participants peuvent ainsi expérimenter un paysage sonore résultant des multiples interactions et prendre conscience de la pollution sonore intrusive dont nous sommes souvent nous-mêmes les productrices ou producteurs et qui nous entoure, souvent à notre insu. D’où le choix de ce double dispositif installant une tonalité-cadre dans laquelle nous sommes immergés, sur laquelle se superposent des figures sonores plurielles, symbolisant nos propres individualités polluantes.

Interaction entre deux visiteuses, leurs cartes et leurs sons,
dans l’installation Une Loupe Pour Toucher, FRAC-SUD Marseille, 2023, CC BY